Stig Dagerman

Traduction de Philippe Bouquet & Claude Le Manchec

Tu es un livre ouvert dans mes mains.
Tu es un journal intime écrit par la vie.
Je dois me hâter de te lire.
Je ne pourrai jamais finir de te lire.
Je suis un livre ouvert entre tes mains.
Je suis un feuilleton de l’hebdomadaire de la vie
dont nous ne possédons que le numéro du mois d’octobre.
Nous devons lire tant que dure le jour.
Nous ne finirons jamais de nous lire.

Poème composé en six parties, Suite Birgitta est écrit lors d’une phase particulièrement tourmentée de la vie de Stig Dagerman, marquée tout à la fois par des déceptions sentimentales et des doutes sur ses dons littéraires. Il a alors 26 ans. Il écrit ce poème retranché dans une auberge de campagne, loin des pressions de Stockholm, alors qu’il tente de clore avec difficulté son ultime roman, Ennuis de noce.

Le texte est ici proposé dans sa langue d’origine, le suédois, et dans une traduction inédite de Philippe Bouquet et Claude Le Manchec. Le poème est accompagné d’une postface de Claude Le Manchec qui revient sur l’engagement à corps perdu du célèbre auteur de Notre besoin de consolation est impossible à rassasier. Claude Le Manchec y rapporte également des propos recueillis auprès de la fille de l’auteur, Lo Dagerman.

Format 11 x 16,5 cm, 48 pages

ISBN : 978-2-35439-115-7

10,00Ajouter au panier

Tirage de tête

La rencontre entre la peinture du Daphné Bitchatch et la traduction du poème de Stig Dagerman par Philippe Bouquet et Claude Le Manchec a donné lieu à un tirage de tête. Vingt-et-un exemplaires ont été composés à la linotype en Garamond de corps 14 et imprimés sur du papier pur chiffon à l’aide de la presse typographique d’Æncrages & Co. Numérotés et signés par la plasticienne, chacun de ces exemplaires contient une peinture originale de Daphné Bitchatch.

Format 19,5 x 25,5 cm, 20 pages

200,00Ajouter au panier