de Gilbert Vautrin

Encres d’Elisabeth Bard

mais qui sommes-nous
tremblants devant le miroir
et vers quel épouvantable soleil
marchons-nous

parce qu’elle remue la nuit
solitaire au fond du cerveau

où sont tous nos silences…

Ce texte est un texte fort qui suit son auteur depuis plusieurs années déjà, celui-ci lui ayant donné le temps de mûrir. Et c’est bien du temps dont il est question, de celui qui est passé, de celui qui sonne chaque jour, de celui qui est à venir, mais quel avenir ? Peut-être celui où l’on accepte ; on accepte la douleur, la perte, on accepte que le noir habite notre existence, lui donne corps. Le « corps beau » vient ici magnifier la lumière qui émane de l’écriture. Il est ce qui permet de faire communi(qu)er notre monde et un monde au-delà de. Il est comme l’encre sur le papier, taches noires du poème qui prend forme, qui tente de dire l’impossible parole. 

Format 20 x 20 cm, 62 pages
ISBN : 978-2-35-439-071-6

19,00Ajouter au panier